Kei : dépaysement raffiné au coeur de la culture franco nippone

Cela fait longtemps que je voulais publier ce billet. J’ai été un des tous premiers chanceux à aller diner chez lui et puis le succès ô combien mérité l’a confirmé comme un cuisinier de talent. Il a même eu une étoile Michelin cette année, encouragement s’il en est, et vraiment mérité. Je vois qu’on en parle à nouveau (est-ce que ça s’est vraiment arrêté depuis le début?) un peu partout alors je me suis décidé à le raconter ce diner qui est encore dans ma mémoire omniprésent.kei
C’est une des mes grandes émotions gustatives de l’année, et je ne suis pas prêt de l’oublier. Ce diner était vraiment grandiose à tous points de vue : précision, délicatesse, raffinement et enfin originalité mais sans trop en faire. Encore un chef japonais (c’est à la mode en ce moment) qui a appris en France, chez Ducasse notamment.
Il s’est installé dans l’ancien antre de Gérard Besson, 5, rue du coq héron dans le 1er Arrondissement de Paris. Ici pas de chichis, juste un service et une cuisine sans faute.kei1

Des produits sublimes bien entendus, tels que les saint-jacques de bretagne, le homard bleu de bretagne également, mais aussi le boeuf de salers au gout et à la tendresse très prononcés, ou encore le bar de ligne à la plancha dont les écailles ont été soufflées pour en rendre le plein croustillant et leur légèreté afin de pouvoir les déguster avec la peau…

Des plats comme des tableaux et des textures travaillées, comme la glace à l’oignon sur lit de tomates confites et parsemée d’un parmesan au basilique. Douces sensations et vives emotions tout au long de cette soirée.kei2

Parce qu’il faut bien finir sur une note sucrée, un final digne d’un feu d’artifice pour les desserts.

Rassasiant en sucre sur le chocolat, frais et délicats sur les fruits, blanc manger et meringue au yuzu. Même un non fan de dessert se laisse prendre au jeu, et je sais de quoi je parle ! On ressort à la fois rassasié en sensations mais léger comme une plume.kei3

Un pur instant de bonheur qui se prolonge comme une douce sensation jusqu’au lendemain. Cela fait partie de ces moments dont on se souvient, et dont le souvenir se fait agréable pendant longtemps.

A ne surtout pas laisser passer au déjeuner, qui est une manière abordable de se laisser tenter.

Kei
5, rue du coq heron
75001 Paris
01 42 33 14 74
http://www.restaurant-kei.fr
Advertisements