Grosse frustration à la patisserie des rêves

Philippe Conticini, chef pâtissier adulé par certains, vient de créer ma plus grande frustration. En m’arrêtant dans sa dernière boutique de la rue Poncelet pour commander un parfait praliné à déguster sur le champs, et après avoir averti le vendeur qu’il était inutile de trop l’emballer sous peine de ralentir mon plaisir de dégustation, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre qu’il ne pouvait pas être dégusté dans la foulée !

En effet, point de cuillère ou fourchette en plastique à me fournir et surtout, l’affirmation comme un dictat que ce n’était pas un gâteau à déguster immédiatement, à l’inverse d’une tarte au citron sur pâte sablée par exemple… autant dire que j’avais carrément mal choisi pour satisfaire mon envie immédiate!
DSC_3726-372x306

Mais alors M. Conticini, qu’en est-il de la gourmandise si on ne peut même plus succomber à un petit plaisir sucré quand celui-ci devient trop compliqué ? Qu’est-ce donc cette manie de créer des pâtisseries comme des bijoux, qu’il faudrait déguster avec gants blancs et cérémonial ?

Je ne parle même pas de l’emballage en pyramide que même le vendeur a eu du mal à fermer… N’étant pas du genre à me laisser faire, je l’ai attaqué directement dans ma voiture, la mousse ne me laissant pas d’autre choix que d’y aller franchement et d’une manière peu élégante il est vrai… Merci, vraiment !

La Patisserie des rêves
19 rue poncelet
75017 Paris
http://www.lapatisseriedesreves.com/

Une fois n’est pas coutume : la photo n’est pas de moi mais provient du blog de la Patisserie

Advertisements